Le robot Atlas signé Boston Dynamics montre des talents impressionnants

Le 19 Jan 2023 à 17:55 par Sikagz

Les films fantastiques annonçaient peut-être vrai. Cette fois-ci, le robot Atlas de Boston Dynamics a de nouveau surpassé les limites de l’imaginable. Gentsu vous dévoile ses nouveaux talents.

Il y a quelques mois de cela, Elon Musk a dévoilé le nouveau projet de Tesla : son robot humanoïde baptisé Optimus. Mais il n’est pas le seul à travailler sur un robot plus vrai que nature. C’est notamment le cas de Boston Dynamics.

Lors de la présentation, Benjamin Stephens, chef d’équipe d’Atlas, s’est livré sur ses performances dignes d’un être humain du haut de son mètre 53 et ses 83 kilos : « Cela peut être frustrant parfois. Les robots se crashent beaucoup. Ce n’est pas le robot qui décide comme par magie de faire du parkour. C’est une sorte de routine chorégraphiée un peu comme une vidéo de skateboard ou de parkour où c’est un athlète qui a pratiqué ces mouvements des dizaines ou des centaines de fois même pour atteindre ce niveau élevé. Donc, nous faisons la même chose ici avec Atlas ». Il poursuit: « Nous en apprenons beaucoup sur la façon de construire des robots qui peuvent survivre en tombant sur la face et se relever et recommencer et nous en apprenons également beaucoup sur le comportement, le contrôle ».

Le robot signé Boston Dynamics montre des talents impressionnants

Quelques mois plus tard, Boston Dynamics a dévoilé les nouveaux progrès de son robot dans une nouvelle vidéo de démonstration. Cette fois-ci, on peut voir Atlas contraint de livrer un sac d’outils en haut d’un échafaudage en utilisant ses aptitudes pour le parkour. Lors de son déplacement, il a même réussi à effectuer un saut périlleux arrière avec une vrille à 540°.

Le robot Atlas signé Boston Dynamics montre des talents impressionnants Le robot Atlas signé Boston Dynamics montre des talents impressionnants

« Le parkour nous oblige à comprendre les limitations physiques du robot et la danse nous force à penser à la précision et à la dextérité des mouvements de tout le corps. Aujourd’hui, la manipulation nous oblige à prendre les informations et les interpréter pour savoir comment nous pouvons utiliser les mains pour faire quelque chose de très précis. Ce qui est important avec le projet Atlas, c’est que n’oublions jamais ce que nous avons déjà appris » a expliqué Robin Deits, ingénieur dans l’équipe Atlas.

Pour le moment, Atlas ne risque pas de remplacer les ouvriers puisqu’il faut beaucoup de temps pour permettre à la machine de faire ce genre de performances.

Erling Haaland, récemment recruté en Angleterre continue de livrer des performances impressionnantes. De quoi faire réagir la Toile de manière parfois radicale.

Lire la suite