Dwayne Johnson : sa promesse concernant ses productions après l’affaire Alec Baldwin

Le 05 Nov 2021 à 18:01 par Sikagz

Le 21 octobre dernier, Alec Baldwin a donné un tir mortel sur le tournage de son dernier film. Ce drame a beaucoup fait parler à travers le monde. Dwayne Johnson n’est pas resté insensible face à cette histoire et a pris une décision radicale à ce sujet. Gentsu vous donne tous les détails.

Le monde du cinéma a été complètement bouleversé après l’affaire Alec Baldwin. S’il semble que ce genre de situations soit déjà arrivé notamment lors d’un ancien tournage de l’assistant réalisateur, Dwayne Johnson est sûr d’une chose : il ne veut plus que cela se reproduise. C’est ce qu’il a fait savoir lors de l’avant-première de Red Notice qui sortira le 12 novembre prochain sur Netflix. « Je ne peux pas parler au nom d’autres studios ou d’autres sociétés de production, mais je peux vous dire ce qu’on devrait faire dans ce genre de situation: apprendre et mettre en place de nouvelles mesures de sécurité (…) Nous n’utiliserons plus de vraies équipements sur les projets que nous avons en cours chez Seven Bucks Productions (sa société de production), que ce soit des films, des séries ou des émissions de TV”. À la place? Des armes ‘air soft’ (factices), dont le flash sera “arrangé au montage » a promis celui qui regrette un peu son clash avec Vin Diesel.

Dwayne Johnson : sa promesse concernant ses productions après l’affaire Alec Baldwin

Mais Dwayne Johnson n’est pas le seul à vouloir faire bouger les choses. Le réalisateur de la série Mare of Easttown, Craig Zobel, a lui aussi pris la parole à ce sujet et a déclaré sur les réseaux sociaux : « Il n’y a aucune raison d’avoir des armes chargées sur un plateau. Cela devrait être interdit ». Depuis la disparition d’Halyna Hutchins, une pétition a été lancé sur le site change.org. Celle-ci a été crée par le scénariste et réalisateur Bandar Albuliwi afin de bannir ces objets de manière définitive et d’offrir de meilleure conditions de travail pour les employés. A ce jour, la pétition a déjà récolté plus de 100 000 signatures en moins de deux semaines. « Il n’y a aucune excuse pour qu’une chose comme cela se produise au 21e siècle » a souligné le cinéaste.

A côté de cela, un projet de loi pourrait bientôt être déposé… Affaire à suivre.