Un homme justifie son attestation avec une bagarre

Le 23 Nov 2020 à 11:12 par Sikagz

Cela va bientôt faire un mois que la France a été reconfinée. Un peu moins strict que le précédent, ce confinement permet malgré tout de se déplacer pour plusieurs motifs. Seulement voilà, tout le monde n’a pas vraiment les mêmes priorités à en croire l’attestation de cet homme. Gentsu vous explique tout.

Il y a quelques jours, Cyril Hanouna faisait preuve d’une incroyable générosité envers un SDF en le logeant dans un hôtel pour se remettre sur pied durant un an. Il faut dire que les temps sont durs et encore plus en cette période de reconfinement. Pour rappel, Jean Castex a récemment fait un premier bilan par rapport aux mesures prises pour éviter la propagation du Coronavirus. Ainsi, le Premier Ministre a déclaré au sujet des fêtes de fin d’année: « il ne serait pas raisonnable d’espérer pouvoir organiser de grandes fêtes à plusieurs dizaines de personnes, notamment pour le réveillon (…) notre objectif est de pouvoir permettre un nouvel allégement au moment des vacances de Noël, afin que les Français puissent passer des fêtes de fin d’année en famille. On pourra bien sûr se retrouver avec les siens, mais il ne serait pas raisonnable d’espérer pouvoir organiser de grandes fêtes à plusieurs dizaines de personnes, notamment pour le réveillon du 31 décembre ».

En attendant, les attestations sont toujours obligatoires avec des motifs bien définis… et pourtant !

Un homme justifie son attestation par un invidivu « à qui il veut péter la gueule »

Il se passe des choses incroyables durant ce reconfinement. Cet habitant de Lannion en est la preuve. Dans la nuit de vendredi à samedi, il a écopé d’une amende de 135 euros. Jusque-là rien d’anormal sachant qu’il s’agit du tarif lorsque l’on sort pour un motif non accepté ou sans attestation.
En réalité, l’homme de 39 ans se cachait derrière une voiture à côté de la gare de Lannion aux alentours d’une heure du matin samedi. « Il a dit qu’il attendait quelqu’un pour lui casser la gueule (…) Il avait son attestation manuscrite avec son vrai nom, l’heure de départ de chez lui, à 22h15. Mais on lui a dit que le motif n’était pas valable (…) C’est quelqu’un qui est soucieux de la loi à sa façon (…) Il est reparti avec un bon modèle d’attestation et on lui a fait remarquer que ‘se battre’, ce n’est pas prévu », a expliqué à l’AFP le commandant divisionnaire Daniel Kerdraon tout en précisant qu’il était armé.

Résultat ? En plus d’être de nouveau entendu ce lundi pour port d’armes, le suspect a été placé en cellule de dégrisement tout en ressortant avec une amende de 135 euros pour l’attestation et une autre de 150 euros pour ivresse publique.

En parlant d’insolite, cet accro aux jeux vidéo voudrait mener la FNAC en justice après avoir été privé de sa PS5.