Mila rescolarisée : elle se fait virer après avoir donné le nom de son lycée

Le 11 Déc 2020 à 10:13 par Sikagz

En début d’année, l’affaire Mila faisait beaucoup de bruits. Harcelée et menacée de mort à cause de ses propos lors d’un live Instagram, la lycéenne a finalement été rescolarisée. Seulement voilà, elle vient d’être renvoyée de son internat militaire après en avoir révélé le nom. Explications.

Quelques jours après avoir été victime d’un élan de haine massive, la jeune Mila âgée de 16 ans s’était exprimée au sujet de la polémique sur le plateau de Quotidien et a déclaré: « La police prend ça très au sérieux. Les enquêtes sont en cours (…) Ma vie est clairement en pause. Que ce soit ma vie sociale, les réseaux sociaux, ma scolarité. Je suis déscolarisée (…) On a tous pris cette décision ensemble. Je n’étais pas en sécurité dans mon établissement (…) Vu les menaces que j’ai reçues, j’aurai pu être brûlée à l’acide (…) enterrée vivante (…) J’étais en danger (…) J’ai du mal à croire que je suis dans cette situation (…) Je ne pensais pas que cela pourrait prendre une ampleur pareille (…) J’ai clairement arrêté les réseaux sociaux. Il y a eu de fausses cagnottes de moi (…) Je ne regrette absolument pas mes propos (..) C’était ma pensée. Je n’ai pas à me cacher pour cette raison et à arrêter de vivre pour ça (…) Je m’excuse pour les personnes que j’ai pu blesser qui pratiquent leur religion en paix ». Récemment, un premier homme avait même été condamné en France pour cette affaire. D’ailleurs, cela avait fait réagir Freeze Corleone sur Twitter.

Mila rescolarisée : elle est déjà exclue de son internat militaire

Scolarisée depuis le mois de février dans un établissement, Mila vient d’être exclue de son internat militaire. Très remonté par cette histoire, son père aurait lâché une « Lettre à ces lâches » relayée par Le Point. « Je suis effondré par autant de démission et de lâcheté. Après l’Éducation nationale, c’est l’armée qui renonce à scolariser une gamine de 17 ans (…) On s’est débarrassé de Mila au premier prétexte trouvé (…) Si même l’armée ne peut pas la protéger et lui permettre de poursuivre sa scolarité, que pouvons-nous faire, nous, ses parents ? Ce constat est pour nous un film d’horreur ».

De son côté, son avocat Richard Malka a expliqué à L’AFP: « En réalité, Mila s’est adressée à un garçon (…) en lui demandant s’il était toujours dans ce lycée, sans même mentionner qu’elle y était elle-même scolarisée. Sur ce fondement-là, il a été décidé qu’elle avait été imprudente et qu’elle devait être exclue (…) “Pour elle, la scolarité c’est fini”.

Selon un communiqué, le ministère de l’Armée a révélé qu’elle n’avait pas été exclue et qu’il a été proposé à ses parents qu’elle « poursuive, pour un temps, son enseignement à distance dans un lieu sûr, le temps d’un apaisement de la situation sécuritaire (…) Elle reste une élève de l’établissement mais en raison d’un certain nombre d’informations dévoilées, (…) sur les réseaux sociaux et dans la presse, (…) son maintien au sein de l’établissement lui fait courir un risque que l’on ne peut pas accepter, ni pour elle, ni pour les 750 élèves de l’école »

Sinon, bonne nouvelle pour les fans de la Sexion d’Assaut. Ils viennent d’annoncer leur retour avec une tournée en 2021.