Jetro Willems avoue avoir dû passer de la drogue lorsqu’il était enfant

Le 08 Déc 2020 à 11:11 par Sikagz

Le monde du football fait rêver les fans du sport que ce soit pour les performances des joueurs ou encore pour l’incroyable parcours de ceux qui évoluent sur la pelouse. C’est le cas de Cristiano Ronaldo. Vous risquez d’être surpris du passé de l’international Jetro Willems. Gentsu vous raconte tout.

Il y a quelques jours, le monde du football était en deuil après la mort de Diego Maradona. D’ailleurs, les photos prises par des employés des pompes funèbres en compagnie de son corps ont fait polémique. Claudio Fernandez, viré depuis cet incident, s’est justifié et a présenté ses excuses au micro de la Radio 10 en disant: « Je ne suis pas le genre d’homme à faire cela (…) Nous étions en train de placer son corps dans le cercueil pour qu’il soit emmené, et à ce moment-là mon fils, comme n’im­porte quel gamin, a levé le pouce et souri pour une photo. Elles n’ont pas été prises avec mon télé­phone, je ne pensais pas que les auteurs les poste­raient sur Inter­net (…) Je tiens à m’ex­cu­ser auprès de tout le monde. Je présente mes excuses à Clau­dia, Gian­nina, à toute la famille Mara­dona, à tout le monde ».

Mais aujourd’hui c’est Jetro Willems et son enfance compliquée qui fait parler de lui

Jetro Willems raconte comment il devait passer de la drogue

C’est à l’âge de neuf ans que Jetro Willems a quitté Curaçao à l’âge de 9 ans. Au cours de l’émission Andy Niet te Vermeijde, le joueur de 26 ans a évoqué la période où il a dû faire passer de la cocaïne dans un avion. Ainsi, il a raconté: « À un certain moment, nous n’avions plus d’argent. Même quand ils avaient un travail, il ne restait pas assez d’argent. Alors mes parents ont dit que nous allions faire passer de la drogue (…) Ensuite je me suis sacrifié. Mes parents m’en ont parlé, parce que j’étais un peu fou. Si je dois faire ça pour ma famille, alors je le ferai. Ils l’ont collée autour de mes jambes. C’était très bizarre, mais ils (la sécurité de l’aéroport et la douane) ne font pas vraiment attention aux enfants. C’était la délivrance pour nous. Tout allait bien, mes parents ont eu un boulot et tout s’est bien passé. Tout ce que je veux c’est de ne jamais me retrouver dans cette situation. J’ai dit à mes parents de donner à ma sœur tout ce qu’ils avaient prévu de me donner. Je voulais juste un ballon. C’est cette balle qui m’a sauvé la vie ».

Une jolie revanche donc ! Sinon, sachez qu’Emmanuel Macron ne serait pas « contre » se lancer dans le rap game