Pop Smoke : l’émouvant témoignage de ses parents sur sa mort

Le 13 Jan 2021 à 10:32 par Sikagz

Dans un peu plus d’un mois, cela fera déjà un an que Pop Smoke a perdu la vie après avoir été assassiné par balles à son domicile. Alors que l’enquête est toujours en cours, ses parents ont livré un témoignage bouleversant afin de sensibiliser sur les armes à feu. Gentsu vous dévoile tout.

Le 19 février prochain, cela fera un an que Pop Smoke a été assassiné par quatre hommes dont deux qui risquent la peine de mort qui ont pénétré chez lui pour un cambriolage. Il était alors âgé de seulement 20 ans. Bashar Barakah Jackson de son vrai nom, est toujours autant pleuré par son public. D’ailleurs, 50 Cent avec qui il aurait un lien de parenté inattendu a produit son premier album posthume en juillet dernier baptisé Shoot for the Stars, Aim for the Moon.

Pop Smoke : l’émouvant témoignage de ses parents sur sa mort

Dans le cadre d’un programme pour les jeunes en difficulté organisé par l’association Entertainers 4 Education Alliance, une campagne a été lancée: Gun Violence Destroys Families (La violence et les armes détruisent les familles). Il faut dire qu’en 2020, New York a connu près de 1000 fusillades ainsi que 300 meurtres. Des statistiques énormes et très inquiétantes. Pour sensibiliser les jeunes, Pop Smoke qui serait le vrai roi de sa ville selon 6ix9ine a été mis en tête d’affiche. D’ailleurs, ses parents Audrey et Greg Jackson ont pris la parole.

« Je suis Audrey Jackson – Je suis Greg Jackson. Le 19 février à 4 heures du matin, une arme a été utilisée pour me prendre mon fils. Vous le connaissez sous le nom de Pop Smoke. Nous l’appelons « Shar ». A cause de la violence des armes à feu, je verrai jamais mon fils courir devant mes escaliers en embrassant les deux à la fois (Pop smoke et son frère). Il ne me prendra plus jamais les mains et ne dansera plus avec moi. Il ne rentrera plus dans ma chambre et gonfler les muscles dans le miroir. Les violences des armes détruisent les familles » a lâché sa mère, très émue.

Espérons que ces programmes de huit semaines permettent de sensibiliser les jeunes notamment grâce à l’exemple pris sur le cas de Pop Smoke.