SCH nous offre deux nouveaux titres sur « JVLIVS II »

Le 23 Avr 2021 à 10:57 par djfreak

Ce vendredi 23 avril, SCH a décidé de sortir les deux inédits Fantôme et Tempête sur les plateformes de streaming. Les deux titres sont des bonus de son dernier album JVLIVS II, disponible depuis le 19 mars dernier.

Il y a un peu plus d’un mois, SCH nous présentait son nouvel opus, intitulé JVLIVS II. Un véritable succès commercial puisqu’il a dépassé la barre des 100 000 ventes en seulement 25 jours et a donc décroché le disque de platine.

SCH lâche ses deux titres « Fantôme » et « Tempête »

Mais la page JVLIVS II va certainement se conclure ce vendredi 23 avril. En effet, SCH a ajouté les deux titres bonus sur plateformes de streaming. Ces deux morceaux ont été dévoilés au sein de deux versions différentes, Marseille et Gibraltar. Ils ont permis de faire la promotion du projet physique de l’artiste.

C’est donc un mois après la sortie que le rappeur originaire d’Aubagne a décidé de mettre un terme à l’exclusivité et rendre les deux morceaux accessibles à tous. On retrouve donc le titre Tempête, qui est considéré comme l’un des meilleurs de son dernier album. Sur une production sombre accompagné de quelques notes de piano, le S déploie son écriture incisive.

Le deuxième morceau s’intitule Fantôme et il s’agit d’une collaboration avec Jul et Le Rat Luciano. Vous l’aurez compris, le titre met à l’honneur la cité phocéenne, réunissant des générations différentes.

 

Il ne veut pas rapper un univers qu’il ne connait pas

Pour la sortie de nouvel album, SCH a pris son temps pour une interview accordée à l’AFP. Au cours de cet entretien, le rappeur a expliqué le rapprochement naturel entre SCH et Julien : « SCH, plus le temps passe, plus c’est moi même si au début c’était un personnage fictif que j’ai créé. Aujourd’hui, il y a Julius, qui est devenu le SCH du début. »

Mais l’artiste marseillais a également évoqué son écriture et qu’il ne pourrait pas rapper ce qu’il ne vit pas. « J’ai toujours écrit de manière narrative, je sais pas pourquoi, c’est ma façon d’écrire. Aujourd’hui ça se détache du truc très standardisé et j’en suis content. (…) Je pourrais pas chanter les cocotiers et la plage parce que c’est pas ce que je vis. J’aime bien les cocotiers et la plage trois semaines par an mais sinon je suis attaché au milieu d’où je viens. », se confie-t-il.