L’ancien manager de Gims et Bramsito risque 18 mois de prison pour escroquerie

Le 02 Juin 2021 à 10:56 par Sikagz

18 mois de prison ferme. C’est ce qu’a exigé le tribunal correctionnel de Créteil ce lundi 31 mai 2021 à l’égard de l’ancien manager de Gims et Bramsito pour des faits d’escroquerie. En effet, l’homme est accusé d’avoir facturé Universal Music France à hauteur de 300 000 euros pour de fausses prestations entre 2014 et 2016. Gentsu vous donne tous les détails.

Il y a quelques jours de cela, DA Uzi a pu remercier sa bonne étoile et surtout son avocate qui a réussi à le faire sortir libre de son procès en début de semaine. Malheureusement, tout le monde n’a pas eu la même chance que lui ce lundi 31 mai 2021. En effet, Gims a récemment sorti la réédition de son album baptisée Les Vestiges du Fléau où l’on a pu retrouver sa collaboration avec Nekfeu sur qui il a fait de sacrées confidences. Aujourd’hui, son nom fait la une de l’actualité malgré lui pour une affaire judiciaire. Explications.

L’ancien manager de Gims et Bramsito risque 18 mois de prison pour escroquerie

En 2015, Gims faisait appel à un homme pour devenir son « label manager » pour Monstre Marin Corporation afin d’aider à produire un nouvel album baptisé Djuna Family. Seulement voilà, des fausses factures ont été réalisées pour ce projet qui au final a été avorté. Le rappeur assure ne rien avoir dépensé pour celui-ci. Au final, l’accusé aurait fait payer des dizaines de factures sans justification comprenant des enregistrements en studio, shooting photo, voyages à Universal Music.

Au cœur de cette escroquerie en bande organisée, d’autres artistes ont été victimes de tout cela. Il y a notamment Vitaa ou encore Bramsito. « C’est lui (le manager NDLR) qui a tiré réellement profit de cette infraction, celui qui est en position de force, qui a pu imposer sa volonté » a déclaré la procureure lors de son réquisitoire. De son côté, le label manager a assuré à la barre: « Jamais de ma vie je n’ai fait de fausses factures (…) C’est un milieu particulier, j’établis un budget pour un album et un contrôle de gestion valide, mon rôle est de fluidifier le système ». De là, le tribunal aurait requis 18 mois de prison ferme à son égard.

« Même si le processus était inhabituel, je ne voyais pas de malversation, pour moi il y avait une forme de logique » a expliqué un ingénieur du son. Un photographe prestataire quant à lui s’est souvenu: « Je ne pouvais pas me rendre compte que c’était flou, pour moi c’était la manière de travailler dans ce milieu, pour moi, tout était fait dans un cadre professionnel ». Le verdict devrait être rendu pour le mois de septembre.

En parlant de rap français, de premières informations ont circulé concernant le quatrième album de RK grâce à son petit frère.