Booba sauve un jeune homme de la prison malgré lui

Le 09 Sep 2021 à 11:22 par Sikagz

Booba a pu sauver un jeune homme malgré lui puisqu’une substitute du procureur s’est servie de lui en exemple. Gentsu vous propose de découvrir cette folle histoire.

Avec plus de vingt ans de rap à son actif, Booba a inspiré de nombreuses personnes de différentes générations quel que soit les milieux. Pourtant, il n’a pas toujours fait les meilleurs choix. Souvent pointé du doigt pour ses débordements lors de ses clashs, il en était venu aux mains avec Kaaris en 2018. Depuis, l’eau a coulé sous les ponts et ils ont pu éviter le long séjour en prison. Cela ne l’empêche pas de le titiller dès qu’il le peut comme lorsqu’il l’a invité à le rejoindre sur scène lors de son showcase.

Booba sauve un jeune homme jugé pour trafic de la prison malgré lui

Mais cette fois-ci, Booba qui a fortement clashé Maeva Ghennam après une polémique a été cité au sein de la justice malgré lui. En effet, une substitute du procureur l’a pris pour exemple afin de défendre son prévenu durant une audience correctionnelle. En effet, Valentine Géraud a parlé du rappeur lors du jugement d’un jeune homme pour trafic. Ce dernier rêve de percer dans le rap sous le nom de Dizz.

Selon le Parisien, la magistrate aurait déclaré: « Le rap, cela se travaille. Quand on croit à son art, on s’y met corps et âme. Cela se mérite d’être un rappeur connu. Ce n’est pas une épicerie clandestine ou des stupéfi*nts qui vous aideront dans vos projets » en citant des punchlines de Booba.

Et cet exemple semble avoir porté ses fruits puisque cela aurait touché le jeune prévenu. Après avoir nié les faits qui lui sont reprochés, il a fini par les admettre en disant qu’il « avait joué le chaud ». « Il y a 60 % de personnage et 40 % de vérité. Ces 48 heures en garde à vue et ces deux jours en prison ont été un électrochoc », a-t-il déclaré. Face à la sincérité du concerné, Valentine Géraud l’a condamné à 18 mois de prison dont un an ferme qu’il va devoir effectuer sous bracelet électronique. Tout est bien qui finit bien.

Dans le reste de l’actualité, Gérald Darmanin a pris NTM en exemple pour illustrer la situation actuelle à Marseille.