Michel Zecler : deux mois après son passage à tabac, il s’exprime face caméra

Le 22 Jan 2021 à 10:38 par djfreak

Ce jeudi 21 janvier, Michel Zecler a fait le tour de plusieurs médias afin de s’exprimer sur son passage à tabac par les forces de l’ordre.

Tout a commencé le jeudi 26 novembre, lorsque le média Loopsider a révélé qu’un producteur de rap parisien a été passé à tabac par trois policiers le samedi 21 novembre. Alors qu’il se rentrait dans son studio, situé dans le 17ème arrondissement, les forces de l’ordre l’ont frappé et ont ensuite menti dans leur déclaration.

Le producteur de rap Michel Z. a été victime d’une violente bavure policière. Il explique qu’il ne possédait pas de masque et qu’il avait vu une voiture de police. Pour ne pas recevoir d’amende, il décide de rentrer dans ses locaux. Mais les trois policiers ont décidé de forcer la porte d’entrée et qu’ils ont passé à tabac le producteur pendant plus de 5 minutes, tout en envoyant des insultes racistes.

Mais le calvaire ne s’arrête pas là puisque les policiers ont appelé des renforts. Quelques instants plus tard, une grenade lacrymogène est envoyé le studio du producteur afin de le faire sortir, ainsi que les artistes qui enregistraient au sous-sol. Dans la rue, ils vont être encore frappés jusqu’à ce que certains agents remarquent que des riverains filmaient la scène, provoquant la fin des violences.

Michel Zecler revient sur son passage à tabac

Ce jeudi 21 janvier, des interviews de Michel Zecler ont été révélées par Mediapart et Brut sur les réseaux sociaux. Au cours de ces entretiens, le producteur est revenu sur cette agression qui l’a profondément marqué. Il confesse notamment qu’il est suivi par un psychiatre et que ce n’est pas facile à vivre psychologiquement parlant.

Même si son agression lui laissera des séquelles physiques et psychologiques à vie, Michel Zecler essaye de tourner la page. « Je ne mets pas tous les policiers dans le même sac, j’ai énormément de messages via les réseaux sociaux, de policiers qui me disent qu’ils sont désolés. », se confie-t-il, avant de poursuivre : « Les messages de policiers que j’ai reçus m’ont beaucoup touché. C’est ceux-là qu’il faut mettre en avant, pas ceux qui essayent de défendre l’indéfendable. »

En revanche, il tient à ce que les hommes qui l’ont agressé répondent de leurs actes : « J’aimerais que justice se fasse ».

2 mois après son agression, Michel Zecler répond à Brut

Tout le monde a parlé de son agression par des policiers. Aujourd'hui, c'est à son tour de parler. Michel Zecler témoigne."Les messages de policiers que j'ai reçus m'ont beaucoup touché. C'est ceux-là qu'il faut mettre en avant, pas ceux qui essayent de défendre l'indéfendable."Une interview Brut de Rémy Buisine.

Posted by Brut on Thursday, January 21, 2021