Marseille : une soirée clandestine de 500 personnes évacuée

Le 14 Déc 2020 à 16:39 par Sikagz

Il ne reste que moins de 24 heures avant que le confinement soit levé pour laisser place à un couvre-feu. Seulement voilà, les regroupements et les soirées ne sont toujours pas tolérées en cette période où le Coronavirus est toujours trop présent. Gentsu vous raconte tout.

Il y a quelques jours, Michel Zecler tentait de calmer le jeu après que le drame survenu à son studio. Agressé par des policiers, le producteur a souhaité qu’aucune violence ne soit faite en son nom. « Je m’en tiens le plus souvent à peu de mots. Je vais rester fidèle à cette règle. Les images qui tournent en boucle depuis 2 jours parlent d’elles-mêmes. Je remercie tous ceux qui m’ont témoigné du soutien : proches, collègues, voisins, artistes, célébrités ou simples anonymes. Je sens bien que mon cas est peut-être la goutte de trop pour beaucoup d’entre vous. Je réclame qu’aucune violence ni aucun amalgame ne soit fait en mon nom. Les faits sont graves. Ma réponse sera froide mais résolue. Les entailles les plus profondes ne sont pas forcément celles qui se voient. Elles mettront du temps à se refermer. Merci de respecter l’intimité de mes proches et de ma famille. La justice passera. J’y veillerai » a-t-il déclaré sur Instagram.

Mais cette fois-ci c’est pour un sujet plus léger que la police a fait parler d’elle.

Marseille : une soirée clandestine de 500 personnes évacuée

Il y a quelques jours, des personnes étaient verbalisées du côté de Joinville après une soirée clandestine. Cette fois-ci, c’est les sudistes qui ont fait fort. En effet, une fête clandestine réunissant 500 personnes a été évacuée à Marseille dans la nuit de samedi à dimanche 13 décembre par les forces de l’ordre selon La Provence.

Les forces de l’ordre sont intervenues vers 1h30 du matin. Elles y ont trouvé de l’alcool et des produits stupéfiants. « Il y avait probablement plus de 500 personnes dans cette salle prévue à l’origine pour 150 à 200 personnes », a précisé Rudy Manna le secrétaire départemental d’Alliance sur BFMTV. Résultat ? Des amendes de 135 euros pour non-port du masque et non-respect du confinement ont été distribuées. Quant aux organisateurs, ils encourent jusqu’à 15.000 euros d’amende et un an de prison.

Sinon, sachez qu’un policier va bientôt être jugé pour avoir tiré sur des jeunes en voiture.