Le boulanger en grève de la faim veut continuer malgré son hospitalisation

Le 14 Jan 2021 à 10:35 par Sikagz

Cela fait maintenant plusieurs jours que Stéphane Ravacley se bat pour éviter l’expulsion de son apprenti Laye Fodé Traoré. Hospitalisé après un malaise survenu ce mardi 12 janvier 2021, le boulanger ne compte pas baisser les bras. Une belle preuve de solidarité et de soutien dont Gentsu vous fait part ci-dessous.

Début janvier, l’histoire de Laye Fodé Traoré a touché des milliers de personnes qui ont signé une pétition pour contester son expulsion. Très attaché à son apprenti depuis deux ans, Stéphane Ravacley comptait l’engager après la fin de son contrat. Conscient du danger et du risque que l’expulsion arrive réellement, il a entamé une grève de la faim.« On perd 70% des jeunes après le CAP parce qu’ils n’ont plus envie ou parce que les patrons ne s’occupent pas bien d’eux (…) Ces gamins, on les accueille, les habille, les nourrit, on les forme jusqu’à leur majorité et à 18 ans, plus rien. Ils se retrouvent à la rue, aux mains des passeurs (…) cette nouvelle génération de migrants qui arrive et peuple les boulangerie et les restaurant » a-t-il justifié au micro de l‘AFP.

Le boulanger en grève de la faim veut continuer malgré son hospitalisation

Le combat continue pour Laye Fodé Traoré ! Alors que Stéphane Ravacley a fait un malaise ce mardi 12 janvier 2021, le boulanger ne compte pas baisser les bras aussi facilement. Hospitalisé en urgences, il a donné des nouvelles rassurantes à l’Est Républicain à qui il a confié: « Je suis sorti de la boulangerie pour une livraison, je me suis évanoui dans ma voiture avant de démarrer. Personne ne m’a vu, je suis resté dans le véhicule sans chauffage, plus de 30 minutes (…) Toute cette médiatisation, je ne m’en rends pas bien compte (…) Vu que le gouvernement ne bouge pas, je pense que nous allons être de plus en plus sollicités. Moi, je ne lâcherai rien. Je ne trouve pas normal que l’État s’engage à donner des formations à ces jeunes, puis leur demande de quitter la France une fois majeurs, alors que, dans le même temps, des artisans boulangers comme moi n’arrivent pas à trouver des apprentis. Ce n’est pas logique. Laye n’est pas le seul dans cette situation. L’objectif, c’est de rendre visible tous ces sans-papiers majeurs en formation, qui sont obligés de quitter la France ».

Pour le moment, le boulanger compte continuer le combat jusqu’au 26 janvier. Par ailleurs, sachez que Booba vient de confirmer qu’il avait gagné son procès contre Unkut !