Brésil : 30 braqueurs assaillent Criciúma avec des bazookas

Le 04 Déc 2020 à 14:01 par Sikagz

Alors que certains se battent pour obtenir la Playstation 5 à tout prix, il y a des histoires un peu moins drôles qui se déroulent à travers le monde. Cette fois-ci, c’est le Brésil qui nous intéresse et ces trente individus qui ont assailli Criciúma avec des bazookas et des mitraillettes… Ambiance. Gentsu vous raconte tout.

Il n’y a pas que dans les jeux de GTA que la vie peut être dangereuse. Il suffit de voir le passé de Pablo Escobar et les séries/films que cela a inspiré. Bien des années plus tard, la criminalité existe toujours et ce, dans de nombreux pays. Dans la nuit du 30 novembre au 1er décembre, ce sont les habitants de la ville brésilienne Criciúma qui en ont payé les frais. En effet, une tren­taine de braqueurs armés de mitrailleuses et de bazoo­kas ont pris d’as­saut les rues selon The Inde­pendent. Au programme ? Des banques dévalisées et des centaines de billets jetés depuis leurs véhicules à La Casa de Papel.

Brésil : une trentaine de braqueurs prennent d’assaut la ville de Criciúma

L’attaque est digne des meilleurs scénarios de films d’action. Les braqueurs ont mis le feu à plusieurs voitures et ont même provoqué des fusillades avec les forces de l’ordre. Avec leur jetée de billets, ils ont réussi à semer la pagaille pour que les habitants viennent les ramasser pendant leur fuite. Les hommes étaient masqués et lour­de­ment armés. Pour le moment, aucune des banques dévalisées n’a souhaité s’exprimer à ce sujet mais ce que l’on sait d’ores et déjà c’est que quatre habitants ont réussi à récolté un total de 800 000 réals soit 132 000 euros et ont depuis été arrê­tées. Les caisses des banques venaient d’être remplies à l’occasion du retrait des primes de fin d’année des salariés brésilien. La preuve que tout était planifié donc. Une deuxième ville a été frappée par le même genre d’actions non loin mais cette fois-ci il y avait vingt braqueurs.

Sinon, pour les fans de rap US, sachez que Notorious BIG était prêt à tout pour faire la paix avec Tupac au point de refuser de répondre à l’une de ses provocations en chanson.