Médine dévoile son nouveau clip « Barbapapa », en featuring avec son fils

Le 03 Avr 2021 à 00:47 par djfreak

Accompagné de sa Khan Family, Médine a lâché son nouveau clip hilarant, intitulé Barbapapa. Sur ce morceau, on retrouve notamment son fils Massoud.

Au début du mois de novembre dernier, Médine faisait son retour avec son nouvel album, intitulé Grand Médine. Sur ce projet, le rappeur originaire du Havre a invité du beau monde : Hatik, Koba LaD, Rémy, Oxmo Puccino, Larry, Soso Maness, Pirate, YL et BigFlo & Oli.

Médine dévoilé son clip « Barbapapa », en feat avec son fils

Ce jeudi 1er avril, Médine a décidé de sortir son nouveau clip Barbapa, où l’on retrouve son fils Massoud en featuring. Dans cette vidéo, on peut suivre le rappeur incarnant le rôle du chef de famille, puisqu’il a invité ses enfants.

« Mes convaincus, comme y’avait rien à faire ces derniers temps, ni concert, ni resto… on s’est maté les vidéos de vacances de famille. Les images filmées au téléphone étaient tellement propres qu’on a décidé de vous les partager dans un clip « presque » officiel. Y’a pas beaucoup d’effets spéciaux parce que tout le budget est partie dans la Montgolfière. On s’est bien marré au montage, on espère que ça adoucira ce nouveau confinement. En tout cas on vous lâche pas ! », a lâché Médine sur son compte Instagram.

 

Une plainte déposée contre Aurore Bergé, députée LREM

Il y a un peu plus d’un mois, Aurore Bergé avait cité le nom du rappeur en direct sur LCI. « Vous avez par exemple ce rappeur islamiste Médine, vous savez, celui qui disait qu’il fallait tuer les laïcards, est-ce légitime qu’une école aussi prestigieuse que l’ENS donne la parole à celui qui appelle au meurtre ? », avait-elle déclaré.

Quelques heures après, Médine avait déjà répondu sur son compte Twitter. “C’est une phrase à ne pas sortir de son contexte. Si on le fait, elle change de sens. Le morceau est une succession d’absurdités, d’oxymores. Cela correspond à un type d’écriture qui exacerbe les choses. La finalité étant d’exorciser la laïcité et lui redonner ses lettres de noblesse.”, a-t-il expliqué

Puis l’artiste havrais a ensuite rajouté : « c’est la fois de trop. J’assiste au revirement médiatique de cette frange du gouvernement qui est en train de se radicaliser en adoptant un discours plus à droite, voire à l’extrême droite. Je connais le chemin juridique qui me permettra de faire valoir mes droits ».