Lacrim n’est pas fan de son dernier album : « Le moins bon de ma carrière »

Le 18 Oct 2020 à 11:56 par djfreak

Pour la sortie de son nouvel album, Lacrim est revenu sur son dernier projet. Et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il n’est pas très fan.

Ce vendredi 16 octobre, le rappeur était de retour avec un nouveau projet, intitulé R.I.P.R.O 4. Pour ce dernier épisode de cette série de mixtapes, Lacrim a mis le paquet en terme de collaborations.

Si l’on connaissait déjà la connexion avec Soso Maness, intitulé Allez n**** ta mère, le rappeur nous a surpris sur le reste des invités. On retrouve notamment Niska sur le titre Nipsey Hussle, Ninho sur le morceau Dadinho, Maes sur le titre Boston George et Leto sur le morceau Big Meech.

Lacrim n’est pas fan de son dernier album

A l’occasion de la sortie de ce nouveau projet, Lacrim était l’invité de Planète Rap toute la semaine sur Skyrock. Au cours d’une émission, le rappeur s’est notamment exprimé sur son dernier projet, un double album éponyme dont le succès commercial n’étaient pas au rendez-vous. En effet, l’opus n’a pas atteint la barre des 100 000 exemplaires vendus, plutôt inhabituel chez l’artiste. Pourtant, l’album comportait une tracklist complètement folle, puisqu’on pouvait retrouver 6ix9ine, Snoop Dogg, Rick Ross ou encore French Montana.

Plutôt que de trouver des excuses, Lacrim a fait une autocritique très intéressante :

« C’est le moins bon succès de ma carrière et bon je pense que c’est aussi le moins bon album de ma carrière (…). C’est bien parce que ça m’a fait rebondir sur R.I.P.R.O 4, je me suis posé des bonnes questions et j’ai compris pourquoi j’ai fait cet album comme ça et pourquoi il a été mal reçu. (…) Il n’y avait pas d’ossature sur l’album, il n’y avait pas d’équilibre. Quand tu fais un album tu racontes une histoire et je pense que les morceaux allaient un peu partout avec des couleurs un peu différentes. »

 

Il explique également ce manque de cohérence par les conditions dans lesquelles l’album a été conçu. « Pourquoi aussi ? Parce que je l’ai fait dans plusieurs pays. J’atterris dans un pays, j’ai le mood d’un pays, je vais en studio je fais un morceau comme ça, après je vais là-bas et j’oublie qu’en fait un album il y a une cohérence. Là je suis arrivé, j’ai fait R.I.P.R.O 4, je suis venu à Paris, c’est froid, je suis sur le terrain sa mère et je fais mon projet. », a-t-il expliqué au micro.