Niska lance son propre jeu vidéo, qui est numéro un sur Apple Store

Le 19 Nov 2021 à 20:26 par djfreak

Au début du mois de novembre, le rappeur du 91 a fait son grand retour avec son nouvel album Le monde est méchant. Pour faire plaisir son public, Niska a décidé de mettre en ligne un jeu vidéo sur Smartphone. Un véritable carton puisqu’il est numéro un sur Apple Store.

Après plus de deux ans d’absence, Niska fait son retour ce vendredi 5 novembre avec sa nouvelle mixtape, intitulé Le monde est méchant. Dessus, le rappeur a invité du très beau monde : Maes, Hamza, Ninho, Guy2bezbar, Tiakola, Liim’s, Pepito, Madrane et Mayo.

En pleine promotion de ce nouvel opus, Niska était l’invité de Planète Rap sur Skyrock. Lorsque Fred Musa lui demande ce qu’il va se passer dans les jours à venir, Niska répond : « Là ce week-end c’est en famille. Tu connais, on va profiter un peu en mif. On va fêter l’album en famille. On va lancer la tournée la semaine prochaine. Il y a aura aussi les dernières exclus. Je lance un jeu vidéo aussi. Une application, dont on donnera les détails et tout. »

Puis, quand l’animateur de la radio veut plus de détail, le rappeur confie : « Ouais petite application, tu télécharges et tout. C’est un jeu vidéo, tu vas tout comprendre. Un concept avec le teaser qu’on avait fait et tout. C’est un truc de police, de chasse à l’homme, ça va être un petit truc stylé. Il est là le jeu mais vu qu’il y a trop d’informations liées à l’album… ».

 

Disponible depuis quelques heures, l’application est un véritable succès puisqu’il est numéro sur Apple Store. C’est Niska lui même qui a annoncé la nouvelle sur ses réseaux sociaux, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

 

 

Niska explique pourquoi il est parti vivre au Maroc

Toujours en pleine promotion de ce projet, Niska a accordé une interview au journal Le Parisien. Dedans, le rappeur originaire de l’Essonne s’est exprimé sur son déménagement. En effet, le jeune homme s’est installé à Marrakech. Il explique notamment qu’il recherchait de la discrétion : « En France, avec la popularité, il faut toujours tout calculer. À Marrakech, je vis normalement et on me demande un autographe une fois sur cinq quand je vais faire les courses au Carrefour ».