L’avocate de DA Uzi a reçu des insultes et des menaces de mort sur Twitter

Le 13 Juin 2021 à 06:51 par djfreak

Quelques jours après avoir obtenu la relaxe de DA Uzi, l’avocate Naïra Zadourian a reçu beaucoup de menaces et d’insultes sur Twitter. La jeune femme s’est confié dans un entretien accordé au journal Le Monde

Le 15 mai dernier, DA Uzi avait été interpellé à la suite d’un contrôle d’identité devant son domicile de Noisy-le-Grand (93). Les forces de l’ordre ont retrouvé 5900 euros en billets de 50 euros sur le rappeur. Une somme importante qui a emmené à une perquisition au domicile de l’artiste. Sur place, les policiers ont découvert près de 4 kilos de résine de cann*bis, mais aussi un pistolet avec deux chargeurs pleins. L’artiste a tout de suite été incarcéré et a été jugé en comparution immédiate.

 

Quelques jours plus tard, le rappeur du 93 comparaissait au tribunal correctionnel de Bobigny. Alors que qu’il aurait écoper d’une peine de prison suite à son passif, DA Uzi a été relaxé. Le tribunal a expliqué la raison : « Le contrôle d’identité est illégal. » et qu’il ne peut pas se reposer « exclusivement sur la base du renseignement ».

L’avocate de DA Uzi reçoit des menaces de mort

Cette relax, le rappeur l’a doit surtout à son avocate Naïri Zadourian. En sortant du tribunal, l’avocate de 28 ans a raconté ses péripéties sur Twitter. « C’est mon terrain de jeu. J’ai un sens de l’autodérision inégalable ! Depuis ma licence, j’y raconte ma vie. C’est comme mon blog », a-t-elle confié au journal Le Monde. Fière de son gros coup, elle répond « C’est fait. » au tweet de Freeze Corleone, qui demandait « Libérez Da Uzi ».

Ce message a connu un énorme buzz sur le célèbre réseau social. Sa communauté a alors doublé en seulement quelques jours et désormais, plus de 34 000 personnes suivent désormais ses aventures. Mais si pour certains elle est devenue la coqueluche, pour d’autre, elle est devenue une cible. En effet, Naïri Zadourian a confié recevoir au quotidien des insultes racistes, sexistes et antisémites. Sans parler des menaces de mort ou de viol. « On m’a dit : “J’espère que tu vas finir comme Victorine [Dartois, retrouvée morte noyée à Villefontaine, en Isère, le 28 septembre 2020]”. On menace une avocate parce qu’elle a fait son travail. C’est super grave », déplore-t-elle. Elle a d’ores et déjà décidé de porter plainte contre ses détracteurs les plus virulents.