Kaaris répond à Booba concernant les chiffres de ventes de « Château Noir »

Le 07 Avr 2021 à 15:55 par djfreak

Il y a quelques heures, Kaaris s’est exprimé sur les chiffres de ventes de ses derniers projets, répondant par la même occasion à Booba. Le rappeur du 92 avait critiqué les scores plutôt faibles de son rival. On vous explique tout dans cet article.

Cela fait presque deux semaines que Château Noir est disponible et Kaaris continue d’en faire la promotion. Ce mardi 6 avril, Booska-P a mis en ligne sa nouvelle interview du rappeur sevranais et Therapy. Au cours de cet entretien, le rappeur originaire de Sevran s’est exprimé sur sa carrière, sur sa relation avec le célèbre producteur, ainsi que sur les réussites et les échecs qu’il a rencontré.

Durant près de trente minutes, les deux hommes se livrent sans concession. Ils nous parlent notamment de leur collaboration passée et leurs retrouvailles sur Château noir. Kaaris et Therapy ont également livré quelques anecdotes devant la caméra.

 

Kaaris répond à Booba concernant les ventes

Le rappeur a été sans filtre et s’est exprimé sur les chiffres de ventes de ses projets. En effet, lors de la première semaine d’exploitation, Château Noir s’est écoulé à moins de 6000 exemplaires. Ce score a beaucoup fait rire Booba, qui s’est moqué de Kaaris sur Instagram.

Lors de cet entretien, le rappeur de Sevran a voulu répondre à son rival, sans forcément citer son nom. « J’ai un parcours différent vu ce qui s’est passé à côté, les faits divers. Il y a des détracteurs c’est sûr, qui ont la voix qui porte et qui font croire beaucoup de chose. Mais quand tu regardes en vérité les chiffres, j’ai toujours eu des certifications. Après c’est par rapport à l’artiste que je suis aujourd’hui. Mais par rapport au rap que je fais, faut pas oublier que là quand je sors des morceaux comme Goulag, Château Noir, c’est des sons durs. Tu peux pas me mettre dans la même case que d’autres rappeurs qui rappent très très bien et qui sont très forts, mais qui font du rap moins dur. », raconte-t-il dans un premier temps.

Puis il poursuit : « Il y a une génération de ouf, des mecs qui sont très fort et qui vendent beaucoup. Mais c’est pas les même paroles que moi. (…) ça n’a pas atteint le même public aussi. Je fais les choses au feeling, quand je fais « Tchoins », ce n’était pas pour le grand public. C’est juste que la gimmick du refrain est tellement entrainante que tu tombes dedans. (…) tous ceux qui disent que je ne vends pas, il n’y a pas de soucis. Mais moi je suis fier de ce que j’ai fait. Je sais qu’il y a des artistes dans la musique qui rêveraient d’avoir même un dixième de ce que j’ai fait. Après, tout le monde a des espérances plus grandes ».