D’après L’Algérino, Jul a « bousculé la musique française »

Le 02 Juil 2021 à 13:55 par djfreak

Il y a quelques jours, L’Algérino a accordé une interview pour Le Code, où il s’est notamment exprimé sur Jul. D’après lui, l’OVNI marseillais a bousculé la musique française et a influencé énormément d’artistes en France. On vous explique tout dans l’article.

Il y a un peu plus de trois ans, L’Algérino nous présentait son projet International, certifié disque d’or par la SNEP avec plus de 50 000 exemplaires. Plutôt discret musicalement et sur les réseaux sociaux, l’artiste marseillais a décidé de faire son grand retour un nouvel album, intitulé Moonlight. Disponible depuis le 17 juin dans les bacs et sur toutes les plateformes de streaming, l’opus connait de très bons retours.

L’Algérino s’exprime sur Jul dans une interview

Pour la promotion de ce nouvel album, L’Algérino était invité par Mehdi Maïzi dans son émission Le Code. Au cours de cet entretien, l’artiste marseillais s’est confié sur Jul. Il a notamment expliqué qu’il était impressionné par l’interprète de Le Bouton et de sa méthode de travail. « Jul, quand il est arrivé en 2014, il a bousculé la musique française. Il a bousculé le rap et la musique en général. Il y a un son qui a été créé. C’est devenu plus minimaliste et plus efficace donc il y a une couleur musicale. Il y a des accords précis qui sont souvent réutilisés. Et même chez plein d’autres rappeurs. Et tout ça, ça bouscule la musique, ça influence d’autres artistes, ça peut même m’influencer moi. Ça peut influencer SCH, Soso Maness, Alonz’, Sopra… », a-t-il déclaré. Un très bel hommage que vous pouvez voir dans la vidéo ci-dessous.

 

Dans cet entretien, L’Algérino s’est également confié sur SCH. Il a notamment révélé les coulisses de son feat avec SCH et Jul, intitulé Sapapaya. « Il m’a dit vient on fait autre chose. Et là j’ai aimé la démarche, je me suis dis ce mec n’a pas peur de prendre des risques. Je lui ai dit « frérot t’es chaud pour un morceau funk » et il m’a dit vasy. J’étais choqué. Je vois SCH, il rentre en cabine, je le vois poser. Je me dis là, il se passe un truc. J’ai eu cette nostalgie même d’avoir l’impression d’écouter du 113, je me suis dit là c’est chaud ».