DA Uzi : le tournage d’un clip tourne à l’affrontement avec la Police

Le 15 Juin 2021 à 19:42 par djfreak

Il y a quelques jours, DA Uzi a été relaxé par le tribunal dans une affaire de stupéf*ants. Mais aujourd’hui, l’artiste du 93 est de retour aux affaires dans la musique. Seulement, le tournage d’un clip ne s’est pas passé comme prévu. On vous explique tout dans l’article.

Le rappeur originaire du 93 fait beaucoup parler de lui dans les médias. Après sa relax dans une affaire de stupéf*ants, DA Uzi a décidé de retourner aux affaires et faire parler la musique. C’est pourquoi, il était sur le tournage d’un clip, qui se déroulait dans le quartier Saint-Hubert à Sainte-Geneviève-des-Bois. Cependant, le tournage a dégénéré lorsque des policiers sont arrivés sur les lieux vers 21h30 ce lundi 14 juin.

Le tournage d’un clip de DA Uzi tourne à l’affrontement

Les raisons ? Le clip a été tourné sans autorisation et les participants ne respectaient pas les mesures sanitaires. Les esprits se sont échauffés et les forces de l’ordre ont essuyé des jets de projectiles ainsi que des tirs de mortiers. « Hier soir, les policiers se sont rendus à Sainte-Geneviève-des-Bois suite au tournage d’un clip non autorisé. Sur place, ils ont été pris à partie par 50 individus et ont fait l’objet de tirs de mortiers et de jets de pavés. Bon rétablissement à nos 2 policiers blessés », peut-on lire sur le compte Twitter de la Police Nationale.

 

Son avocate a reçu des menaces sur Twitter

Il y a quelques jours, DA Uzi a été relaxé dans une affaire de stupéf*ants. Cette relax, le rappeur l’a doit surtout à son avocate Naïri Zadourian. Depuis, la jeune femme de 28 ans raconte ses péripéties sur Twitter. « C’est mon terrain de jeu. J’ai un sens de l’autodérision inégalable ! Depuis ma licence, j’y raconte ma vie. C’est comme mon blog », a-t-elle confié au journal Le Monde.

Pour vous donner une idée, la communauté de l’avocate a doublé en seulement quelques jours et désormais, plus de 34 000 personnes suivent ses aventures. Mais si pour certains elle est devenue la coqueluche, pour d’autre, elle est devenue une cible. En effet, Naïri Zadourian a confié recevoir au quotidien des insultes racistes, sexistes et antisémites. « On m’a dit : “J’espère que tu vas finir comme Victorine [Dartois, retrouvée morte noyée à Villefontaine, en Isère, le 28 septembre 2020]”. On menace une avocate parce qu’elle a fait son travail. C’est super grave », déplore-t-elle.