Aketo avoue avoir fait une grosse faute de français dans « Gravé dans la roche »

Le 01 Oct 2021 à 13:09 par djfreak

Il y a quelques jours, Konbini a mis en ligne une interview d’Aketo et Tunisiano. Dans cet entretien, les deux rappeurs se sont confiés sur leur titre culte, intitulé Gravé dans la roche. Dedans, Aket‘ avoue avoir fait une grosse faute de français.

A l’occasion d’un entretien avec Konbini, Aketo et Tunisiano sont revenus sur la folle histoire de leur titre culte Gravé dans la roche. « Dès les premières notes de piano, déjà après l’instru elle est partie. Je ne sais plus si on avait prévu de faire un autre morceau au studio, je ne sais plus mais quand on a entendu cette prod et on s’est jetés dessus. », commence par dire Aketo après avoir écouter la prod.

Puis Tunisiano explique qu’ils n’ont jamais mis aussi peu de temps pour réaliser un morceau. « Et tu sais quoi ? Je crois que c’est l’un des morceaux les plus rapides de notre carrière. Vraiment, ce titre là, je crois qu’on l’a fait en trois, quatre heures. On est arrivés le matin même, et dans l’après-midi, on l’a plié. On ne s’attendait pas à ce que ça ait cet impact, et qu’aujourd’hui le morceau tourne encore, et que limite ce soit notre plus gros classique. Mais au moment où on fait ce titre-là, on est tellement fiers et tellement contents, qu’on a dû se l’écouter 20, 30 fois. », raconte-t-il.

Aketo se confie sur sa faute de français

Ensuite, Aketo s’est confié sur un gros regret au sein du morceau : une faute de français lors du couplet qui ouvre le titre. « Et c’est incroyable, l’anecdote de ce morceau qui me chagrine un peu, parce que c’est quand même un morceau qui reste, j’ai fait une faute de français impardonnable dedans. Un faute de langage. (…) « Ça serait mentir si je disais que c’est pareil », et pas si « je dirais ». Voila, ça fait partie de la magie du morceau. Mais tu sais que maintenant sur scène, je corrige la faute. Je ne supporte plus. », se confie-t-il.

Pour finir, les deux membres du groupe Sn*per regrettent également la pochette du titre. D’après eux, il s’agit de « l’une des plus catastrophiques du rap français », avant de se rappeler que la cover a été fait dans l’urgence par un stagiaire.