En plein concert, Gringe explique une de ses punchlines à Orelsan

Le 25 Mar 2022 à 17:53 par djfreak

Alors que son album Civilisation connait un succès incroyable depuis sa sortie, Orelsan ne se repose pas pour autant. Le rappeur Normand est en pleine tournée dans toute la France. Et lors d’une date à Paris, Gringe a expliqué sa punchline dans leur titre en commun. On vous explique tout dans l’article ci-dessous.

Il y a quelques jours, Orelsan avait passé un gros cap dans sa tournée nationale. En effet, le rappeur originaire de Caen avait bouclé ses cinq dates de suite à Bercy. Au cours de ces soirées, l’artiste avait réservé des surprises en invitant sur scène Damso, Gringe, Oxmo Puccino ou encore Vald.

Lors d’une date, Orelsan a donc invité sur scène son compère des Casseurs Flowters. Et le show à l’AccorHotels Arena était à la hauteur des espérances, ils ont passé un sacré moment de complicité, ce qui a beaucoup plu au public. Le duo a alors interprété le morceau Casseurs Flowters Infinity, présent sur Civilisation. 

Dans ce morceau, Gringe lâche : « Viens pas dans notre basse-cour, on passe du coq à l’âne ». Au moment de la punchline, Orelsan a coupé le son, puis a demandé à son ami s’il était sûr de sa phase. Le rappeur a alors répondu : « Déjà, ça symbolise un peu mon amour pour les animaux. Puis c’est l’environnement. Enfin, pas l’environnement socio-culturel actuel, je parle de l’environnement des Casseurs ». Une séquence que vous pouvez retrouver dans la vidéo ci-dessous.

En plein concert, Gringe explique une de ses punchlines à Orelsan En plein concert, Gringe explique une de ses punchlines à Orelsan

 

Quand Eric Zemmour réagit à un morceau d’Orelsan

Depuis quelques semaines, Eric Zemmour est en plein campagne présidentielle. Il y a quelques jours, il était l’invité du 19.45 sur M6 pour répondre aux questions de Xavier de Moulins. Au cours de cet entretien, le journaliste est revenu sur la chanson L’odeur de l’essence d’Orelsan. Dans le morceau, le rappeur Caennais chante : « la peur les persuade que des étrangers vont venir dans leurs salons pour les remplacer ». 

Eric Zemmour s’est alors exprimé sur cette phrase et a confirmé qu’elle lui est destinée. « Vous savez, ce jeune homme est sans doute plein d’idéalisme. Moi, je suis un peu plus vieux que lui (…) J’ai vu le changement de population. Nous sommes effectivement, quoi qu’il dise, menacés par le grand remplacement. La démographie est implacable si nous ne l’arrêtons pas (…) la peur est légitime. Que le peuple français disparaisse, c’est une peur légitime. Donc il nous faut absolument protéger notre peuple contre ce grand remplacement », affirme encore le candidat à la présidentielle.

Invité sur le plateau du 19h45 de M6 ce lundi 21 mars, Éric Zemmour a réagi au titre d'Orelsan. Le candidat à l'élection Présidentielle a notamment assuré que la peur d'un remplacement était légitime.

Lire la suite