Un rappeur espagnol se réfugie dans une université pour fuir les autorités

Le 17 Fév 2021 à 14:40 par Sikagz

L’histoire de Pablo Hasél est digne d’un scénario Netflix et pourtant, elle est bien réelle. Condamné à cause de ses tweets autour de la liberté d’expression, ce rappeur espagnol a décidé de se réfugier dans une université. Gentsu vous en dit davantage.

Alors qu’un jeune adolescent a battu le record de contrôle après le couvre-feu à Carcassonne, un autre débat est au goût du jour en Espagnol. Tout a commencé il y a quelques semaines de cela lorsque le rappeur Pablo Hasél a publié des tweets où il attaquait les forces de l’ordre espagnoles ainsi que le gouvernement et la monarchie du pays.

Le rappeur va plutôt loin puisqu’ils qualifient les policiers de « mercenaires de merde » tout en les accusant de torture et d’assassinats. Avec ses publications, Pablo Hasél a été reconnu coupable d’« apologie du terrorisme et d’injures et calomnies à l’encontre de la couronne et de l’Etat ». Résultat: il devait se rendre de lui-même à la police pour effectuer ses neuf mois d’incarcération. Il avait jusqu’au vendredi 12 février mais il n’a pas accepté sa condamnation.

Un rappeur espagnol se réfugie dans une université pour fuir les autorités

Seulement voilà, la condamnation du rappeur a beaucoup agité les espagnols. Et pour cause, beaucoup jugent que celle-ci va à l’encontre du principe de liberté d’expression. D’ailleurs, ils n’ont pas hésité à manifester dans les rues de Madrid et Barcelone en guise de soutien. Depuis le 15 février, Pablo Hasél s’était réfugié dans l’Université de Lérida accompagné de dizaines de personnes. Au téléphone, l’artiste expliquait à l’AFP: « ils devront venir m’enlever et cela servira aussi à dépeindre l’État sous son vrai visage, celui d’une fausse démocratie ».

Pablo Hasél a été arrêté par des policiers le mardi matin qui l’ont directement envoyé derrière les barreaux. Une pétition a été mise à jour et à l’heure actuelle, celle-ci a été signé par plus de 200 personnalités culturelles hispanophones comme par exemple le réalisateur Pedro Almodovar. Selon le gouvernement, il se pourrait qu’une réforme soit mise en place pour que les « excès verbaux commis dans le cadre de manifestations artistiques, culturelles ou intellectuelles ». Qu’en pensez-vous ?

D’ailleurs en parlant de rap et de justice, Mister You a confié son gros mensonge qui lui a coûté cher.