UFC : les combattants peuvent maintenant fumer de la weed sans problème

Le 16 Jan 2021 à 08:31 par djfreak

En 2021, l’UFC a décidé de changer sa réglementation en ce qui concerne l’antidopage, puisque la weed est désormais autorisée.

Par le passé, les athlètes n’étaient testés pour la marijuana seulement en compétition, avant le combat. Evidemment, des seuils étaient en place et un test positif au-dessus de cette limite entraînait une violation des règles antidopage. Mais désormais, les combattants ne seront plus punis s’ils sont contrôlés positifs à la weed, sauf si « d’autres preuves démontrent que la substance a été prise à des fins d’amé­lio­ra­tion des performances ».

Les combattants d’UFC peuvent fumer de la weed

Ce jeudi 14 janvier, l’agence américaine antidopage et l’Ultimate Fighting Championship (UFC) se sont coordonnées pour annoncer une grande nouvelle. En effet, la marijuana ne serait plus interdite aux combattants, le nouveau règlement ne punit plus les athlètes qui sont et seront contrôlés positifs au cannabis.

« Bien que nous voulions continuer à empêcher les athlètes de concourir sous l’influence de la marijuana, nous avons appris que les niveaux sanguins et/ou urinaires de THC ont peu ou pas de corré­la­tion scientifique avec l’af­fai­blis­se­ment des facultés », a déclaré Jeff Novitzky, vice-président senior de l’UFC pour la santé et la performance des athlètes, dans un communiqué. « L’essentiel est qu’en ce qui concerne la marijuana est que nous nous soucions de ce qu’un athlète a consommé le jour d’un combat, pas des jours ou des semaines avant un combat », a-t-il précisé.

Jeff Novitzky a ensuite expliqué que sur la base des discussions avec les athlètes, un pourcentage très important de combattants consomme du cannabis à des médicales. « Beaucoup l’utilisent pour le contrôle de la douleur, l’anti-anxiété, ou pour dormir, au lieu de drogues plus dangereuses et plus addictives. Cela n’a aucun effet sur une compétition le samedi soir, donc c’est la bonne décision. Je suis vraiment enthousiasmé par cette révision et ce changement de politique spécifique. », a-t-il déclaré, avant d’ajouter : « Pourquoi diable nous soucions-nous de ce que quelqu’un a fait une semaine avant, et encore moins une nuit avant, alors que cela n’a aucun effet sur leur capacité à se battre ».