Kery James : sa dernière interview censurée, il décide de la mettre en ligne ! (Vidéo)

Le 06 Mar 2019 à 17:21 par djfreak

Il y a quelques jours, Decathlon avait annoncé la commercialisation de “hijab dédié au running”, permettant aux femmes désirant pratiquer la course à pied en étant voilées de le faire dans de meilleures conditions. L’enseigne ne s’attendait sans doute pas à déclencher une telle polémique.

Pourtant, ce n’est pas la première fois qu’un tel vêtement est commercialisé puisque Nike mais aussi Uniqlo et H&M ont décidé de vendre ce type de produits.

Après la multiplication des réactions d’anonymes ou de politiques se multiplient, créant des échanges parfois très violents, l’enseigne a dû renoncer à la commercialisation de ce produit.

Kery James est une figure de proue du rap politique. Ses morceaux et ses albums évoquent la vie en banlieue et les inégalités dans la France actuelle. Le rappeur du 94 a donc accepté dernièrement une interview de Melty où il parle des sujets actuels : les gilets jaunes et la polémique concernant Décathlon.

Kery James : sa dernière interview censurée, il décide de la mettre en ligne ! (Vidéo) Kery James : sa dernière interview censurée, il décide de la mettre en ligne ! (Vidéo)

 

View this post on Instagram

Quand @melty_fr me pose une question… Ben je réponds… Je n'ai pas pu attendre 18h pour partager cette vidéo avec vous. Je vous explique le contexte :
Il y a une semaine, je donnais une interview dans les locaux de melty. Il m'avait été demandé de choisir le thème principal de l'interview. Choqué par les nombreuses images de manifestants éborgnés, les mains déchiquetées, les gilets jaunes rougis de leur propre sang, j'avais décidé de parler des violences policières et de partager cette interview avec Amal Bentounsi qui est une femme qui en raison de son histoire personnelle, maîtrise ce sujet bien plus que moi. Melty n'a pas accepté l'idée du partage de l'interview avec Amal Bentounsi et en arrivant sur place, il me fût clairement signifié que le thème des violences policières ne serait pas évoqué lors de l'interview…
Finalement, l'interview porterait sur mon parcours personnel et ce fût intéressant, apaisé et cordial car la journaliste dont je ne doute pas de l'honnêteté sut me mettre en confiance.
Au cours de l'interview, la question m'est posée sur la polémique du Hijaab dit « running » de Decathlon. Ce n'est pas moi qui aie souhaité aborder le sujet. On m'a posé la question, je ne me suis pas défilé, j'ai répondu. Le lendemain, melty revient vers mon attaché de presse en indiquant leur volonté de poster ma réaction à cette polémique sur les réseaux sociaux, en nous envoyant l'extrait ci-dessus. Après 3 jours de réflexion et plusieurs relances de mon attachée de presse, je donne enfin mon accord. Melty poste immédiatement la vidéo sur ses réseaux mais elle est presque immédiatement supprimée. Alors que j'étais harcelé pour autoriser la diffusion de cet extrait, l'équipe de Melty devient soudainement difficile à joindre… Qui a supprimé la vidéo ? Pourquoi ? J'ai décidé de la poster de nouveau… Peut-être quelqu'un pourra m'éclairer… Je ne dirais pas qu'il s'agit là d'un flagrant délit de censure… Je ne dirais pas qu'il y a là une preuve flagrante qu'il y a dans les médias en France, une dictature de la pensée unique, mais que la pensée unique n'est pas celle que l'on croit… Non je ne dirais pas cela… Mais permettez-moi de me poser la question !

A post shared by Kery James (@keryjamesofficial) on

 

Malheureusement, cette interview a été supprimé par Melty. C’est le rappeur lui même qui a révélé l’information sur ses réseaux sociaux. Il a adressé un très long message :

« Quand @melty_fr me pose une question… Ben je réponds…

Je n’ai pas pu attendre 18h pour partager cette vidéo avec vous. Je vous explique le contexte :
Il y a une semaine, je donnais une interview dans les locaux de melty. Il m’avait été demandé de choisir le thème principal de l’interview. Choqué par les nombreuses images de manifestants éborgnés, les mains déchiquetées, les gilets jaunes rougis de leur propre sang, j’avais décidé de parler des violences policières et de partager cette interview avec Amal Bentounsi qui est une femme qui en raison de son histoire personnelle, maîtrise ce sujet bien plus que moi.

Melty n’a pas accepté l’idée du partage de l’interview avec Amal Bentounsi et en arrivant sur place, il me fût clairement signifié que le thème des violences policières ne serait pas évoqué lors de l’interview…
Finalement, l’interview porterait sur mon parcours personnel et ce fût intéressant, apaisé et cordial car la journaliste dont je ne doute pas de l’honnêteté sut me mettre en confiance.


Au cours de l’interview, la question m’est posée sur la polémique du Hijaab dit « running » de Decathlon. Ce n’est pas moi qui aie souhaité aborder le sujet. On m’a posé la question, je ne me suis pas défilé, j’ai répondu. Le lendemain, melty revient vers mon attaché de presse en indiquant leur volonté de poster ma réaction à cette polémique sur les réseaux sociaux, en nous envoyant l’extrait ci-dessus. Après 3 jours de réflexion et plusieurs relances de mon attachée de presse, je donne enfin mon accord. Melty poste immédiatement la vidéo sur ses réseaux mais elle est presque immédiatement supprimée. Alors que j’étais harcelé pour autoriser la diffusion de cet extrait, l’équipe de Melty devient soudainement difficile à joindre…

Qui a supprimé la vidéo ? Pourquoi ? J’ai décidé de la poster de nouveau… Peut-être quelqu’un pourra m’éclairer… Je ne dirais pas qu’il s’agit là d’un flagrant délit de censure… Je ne dirais pas qu’il y a là une preuve flagrante qu’il y a dans les médias en France, une dictature de la pensée unique, mais que la pensée unique n’est pas celle que l’on croit… Non je ne dirais pas cela… Mais permettez-moi de me poser la question ! »

Kodak Black contre Lil Wayne, c’est reparti pour un tour.  Depuis 2016, Kodak Black s'attaque de temps en temps à Lil Wayne, lui proposant même à l’époque un combat de boxe. Il faut croire qu'il souhaite relancer son embrouille avec le rappeur de la Nouvelle-Orléans.

Lire la suite