Youssoupha et la polémique sur l’hymne des Bleus : «Il est hors de question que je me justifie»

Le 23 Juin 2021 à 10:29 par Sikagz

Qui aurait cru qu’un simple morceau destiné à devenir l’hymne des Bleus aurait suscité une telle polémique ? Certainement pas Youssoupha qui fait l’objet de toutes ces critiques depuis plusieurs semaines. Loin de se laisser atteindre, le rappeur a mis tout le monde d’accord avec ce coup de gueule on ne peut plus clair.

Si l’Euro 2020 est une compétition de football censée rassembler les supporters de chaque pays dans l’espoir que ce soit son équipe qui remporte le prix, Youssoupha a vite déchanté avec son hymne. Souvenez-vous, le rappeur qui a été nommé aux BETS Awards se faisait une joie de célébrer la sélection des 26 joueurs pour la compétition. Malheureusement, s’en sont suivies des remarques rac*stes et une vague de haine dont il a été invité à parler lors de son passage sur le plateau de « Quotidien ».

Youssoupha et la polémique sur l’hymne des Bleus : «Il est hors de question que je me justifie»

Trop c’est trop ! Si la polémique s’essouffle petit à petit autour de son hymne de l’équipe de France, Youssoupha ne décolère pas. Lors d’un entretien accordé à Numéro Magazine, celui qui a également pris la défense de La Fouine s’est de nouveau expliqué au sujet de ce morceau et a déclaré qu’il n’avait pas pour vocation de devenir l’hymne des Bleus pour l’Euro. « De toute façon, je n’aurais pas voulu le faire. Les hymnes, cela porte la poisse, si on se rappelle de celui de Johnny en 2002 (rires) » a-t-il confié dans un premier temps.

Avant de poursuivre : « Si je voulais être cynique, je dirais qu’après deux ou trois mois d’exploitation d’un album, le fait de devenir tout à coup l’ennemi numéro 1 du Rassemblement National, c’est tout de même une campagne de promotion qui tombe à pic, et une vraie heure de gloire pour un rappeur. Je reste une personne militante, je porte des messages depuis que j’ai commencé le rap. Donc voir que je gêne des gens dont les idées politiques me mettent mal à l’aise, c’est plutôt bon signe (…) Il est hors de question que je me justifie, tonne-t-il. Je dis ce que je veux, et quand je veux. Tout le hip-hop français est stigmatisé par les instances culturelles et médiatiques, donc nous agissons en conséquence. Quand on nous traite avec mépris, on répond avec mépris ». 

Voilà qui est dit !