Sadek répond à un internaute qui l’insulte méchamment sur les réseaux sociaux

Le 30 Juil 2021 à 01:26 par djfreak

Qu’on se le dise, Sadek fait la une des médias depuis plusieurs semaines. Il y a quelques heures, l’artiste du 93 a encore une fois fait sensation lorsqu’il a répondu à un internaute. Ce dernier l’a menacé sévèrement, ce qui a fait rire le rappeur, qui a répondu avec beaucoup d’humour. On vous explique tout dans l’article ci-dessous.

Depuis quelques semaines, le rappeur originaire du 93 fait beaucoup parler de lui sur les réseaux sociaux. Il s’est notamment exprimé sur le sujet de la vaccination. « Vaccin, pas vaccin ! Mon grand, tu fais les ballons, tu fumes du triple filtré. tu t’en*ules au protoxyde d’azote enc*ulé ! Arrête de nous faire le compoltistes qui a percé les secrets des templiers. T’as rien percé du tout. (…) Vaccine toi, ne te vaccines pas, mets toi une corde au cou et arrête de nous casser les coui**es. », peut-on l’entendre dire dans une postée sur Snapchat notamment.

Sadek répond à un internaute qui l’insulte

Il y a quelques mois, un internaute s’en est pris à Sadek sur les réseaux sociaux. Le jeune homme avait posté une vidéo dans laquelle il insulte ouvertement le rappeur. Cette séquence avait été ignoré par l’artiste du 93. Mais ce dernier a décidé de répondre à sa manière dans une vidéo qu’il a publié sur ses réseaux sociaux. On peut voir que Sadek prend les insultes à son encontre avec beaucoup d’humour, il ne semble vraiment pas touché par les propos du jeune haters, bien au contraire, comme vous pouvez le voir ci-dessous.

 

Il y a quelques semaines, à l’occasion de la sortie de son album Aimons-nous vivant, Sadek a accordé plusieurs interviews. Dans l’une d’entre elle, le rappeur s’est livré sur cette forme de haine trop présente. Ainsi, il a confié : « Il y a des adolescents de 15/16 ans qui deviennent racistes. c’est quand même qu’on a loupé un truc (…) transmettre la haine c’est la pire des choses (…) quand j’étais petit, je pensais qu’en 2021 il y aurait plus jamais de racism (…) Pour moi c’était des trucs du passé, ça allait se finir vite (…) C’est mes pensées, je dois faire quoi m’excuser d’avoir ces pensées? ».