Niro révolutionne l’industrie musicale en lâchant un projet tous les mois pendant 9 mois

Le 15 Oct 2020 à 12:52 par djfreak

Décidément, Niro est un précurseur dans les stratégies de marketing concernant sa musique. Prochainement, le rappeur originaire de Blois sortira un projet par mois, pendant neuf mois. On vous explique tout dans l’article.

Au mois de juillet dernier, Niro a dévoilé un album surprise, intitulé Sale Môme, à l’occasion de son anniversaire. Composé de 20 titres inédits, le projet comporte une collaboration avec Gims, intitulé Paye.

Le rappeur originaire de Blois est surement un des rappeurs les plus actifs du rap français et le prouve une nouvelle fois. Son retour se fera dans les semaines à venir, Niro a sous entendu qu’il était imminent en postant un message sur Twitter.

« Puisque les sales mômes font ce qu’ils veulent, sans codes, sans barrières et surtout sans suivre la mode : le projet « Sale Môme » aura une suite. Là, c’était juste l’apéro. On fera encore ce que personne n’a fait, et vos artistes au top des charts s’inspireront de nous sans jamais nous citer. 2021, retour aux sources. On fait parler la violence. », a-t-il notamment déclaré.

 

Mais ce n’est pas tout, le rappeur se lance dans un concept jamais vu en France. Il compte sortir tous les mois un EP composé de cinq titres, pendant neuf mois. Il y aura à chaque fois deux featuring : une collaboration avec un artiste confirmé de la scène française, ainsi qu’une collaboration avec un rappeur très peu connu.

 

Niro : un précurseur dans la stratégie de marketing musical

Il faut l’avouer, Niro est surement l’artiste le plus imaginatif quand il s’agit de promouvoir un projet. Et pour cause, en 2019, le rappeur avait lancé un concept d’album évolutif avec Stupéfiant. Toutes les deux semaines, il dévoilait quatre à six nouveaux morceaux de l’album sur les plateformes de streaming.

Ce principe permettait à l’auditeur de profiter et de découvrir les titres. Une stratégie qui s’est avérée payante puisqu’il a réalisé plus de 17 000 ventes lors de la première semaine d’exploitation.

« On est dans une air où le streaming et la musique se consomme différemment, c’est très fast-food. Quand un artiste jette un album avec 15-17 tracks, les fans accrochent sur 2-3 morceaux. Donc j’ai envoyé mon album petit à petit pour que les gens aient plus le temps de savourer, de comprendre les morceaux. », avait-il déclaré lors d’une interview dans Clique.