Mort de Samat : quatre personnes ont été arrêtées dans l’affaire

Le 31 Mai 2020 à 01:00 par djfreak

Neuf mois après la tragique mort de Samat, il y a du neuf dans l’affaire. Quatre personnes ont été arrêtées dans l’affaire.

Il y a neuf mois, on apprenait la triste nouvelle : la mort du rappeur Samat. Il y a quelques jours, quatre personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette affaire.

Son nom n’était pas le plus connu auprès des fans de rap, mais il était l’un des visages emblématiques du rap hardcore du 93. Samat a été assassiné le lundi 7 octobre, au soir. C’est lors d’une fusillade ayant éclaté près d’un McDonalds de Garges-lès-Gonesse, en Seine-Saint-Denis.

D’après les infos du Parisien, le rappeur du 93 aurait été abattu d’une balle dans la tête alors qu’il stationnait sur le parking d’un McDonalds. Les tireurs ont pris la fuite à bord d’une voiture, retrouvée incendiée à Stains.

Une des figures du rap hardcore du 93

La mort de Samat avait fait réagir beaucoup d’artistes. Présent depuis le début des années 2000, Samat avait annoncé la sortie d’un nouvel album intitulé Commission rogatoire. Un projet sur lequel devaient notamment figurer SoolkingNiroLacrimLartisteKaarisMac Tyer ou Fianso, dont il était particulièrement proche.

Samat était également connu pour plusieurs affaires judiciaires. Ces soucis, dans lesquelles il était impliqué, l’ont plusieurs fois conduit en prison. En 2010 déjà, il avait déjà été impliqué dans un règlement de compte sur le supermarché Cora de Garges-lès-Gonesse. En février 2018, il avait été mis en examen avec plusieurs complices dans une affaire de trafics d’armes et de stupéfiants.

Quatre personnes ont été arrêtées dans l’affaire

Mais depuis quelques heures, il y a eu des nouvelles dans ce dossier. En effet, selon des informations du Parisien ce vendredi 29 mai, quatre hommes suspectés d’avoir participé au meurtre de Samat ont été présentés devant un juge d’instruction de Paris.

Mais ce n’est pas tout. Une cinquième personne a été arrêtée dans le département du Rhône et devrait aussi être déférée. Les enquêteurs de la brigade criminelle de la police judiciaire de Versailles ont surveillé et écouté pendant de nombreuses semaines des personnes ayant été identifiées comme des membres d’un clan rival à celui de Samat.

Affaire à suivre…