Hatik aux Victoires de la Musique : « Je représente ma mère, mon banquier, mais pas le rap »

Le 13 Fév 2021 à 09:17 par djfreak

Ce vendredi 12 février, Hatik était nominé dans la catégorie Révélation masculine aux Victoires de la musique sur France 2. Avant l’émission, le rappeur s’est confié avec beaucoup d’humilité sur cette nomination.

En 2020, c’est l’un des artistes qui a connu la plus grande explosion de carrière dans le rap français. Très peu connu du grand public il y a encore un an, Hatik a tout retourné grâce à la sortie de la série Validé. Sa participation, en tant que rôle principal dans la première saison produite par Franck Gastambide, a permis au jeune rappeur de lancer sa carrière et de voir son projet Chaise Pliante cartonner.

Aujourd’hui, ce dernier projet du rappeur lui permet d’être nominé dans la catégorie « Révélation masculine » pour les Victoires de la Musique. La célèbre cérémonie était diffusée ce vendredi 12 février sur France 2. A l’occasion de son passage, Hatik a accordé une interview pour 20 Minutes, où il s’est confié avec beaucoup d’humilité sur cette nomination.

Hatik ne représente pas le rap aux Victoires de la Musique

Au cours de cet entretien, le journaliste a demandé au rappeur : « Etes-vous particulièrement fier de représenter le rap aux Victoires ? ». Le moins que l’on puisse dire c’est qu’Hatik est catégorique : « Je ne représente pas le rap hein. Je représente ma mère, mon banquier, qui tu veux mais pas le rap ! (rires) Je pense que le rap n’a pas besoin d’un représentant (…) ».

Puis quelques instants plus tard, le jeune homme s’est exprimé sur les catégories dans lesquelles on aime ranger les artistes. Hatik explique que cela peut brider les rappeurs. « Je ne pense pas qu’on demande à Lous and the Yakuza si elle est représentante de quoique ce soit. Je suis juste un artiste, qui fait du rap, qui fait de la pop urbaine si on veut « cocher des cases. » », se confie-t-il.

Pour finir, le jeune rappeur a été interrogé sur la place faite au rap dans ce type de cérémonies. Hatik s’est félicité de voir que les barrières entre le rap et les autres genres musicaux s’effacent petit à petit. « Le fait qu’il n’y ait plus de catégories « musiques urbaines », je ne vais pas te mentir je trouve ça super. C’est un clivage qui n’était pas forcément justifié » affirme l’artiste.