Loi Sécurité globale : l’ONU voit rouge et rappelle la France à l’ordre

Le 17 Nov 2020 à 14:19 par Sikagz

Depuis plusieurs jours, une nouvelle proposition de loi fait polémique. Celle-ci vise à la loi « relative à la sécurité globale » qui va être débattue ce mardi 17 novembre 2020 à l’Assemblée. Seulement voilà, plusieurs points semblent déranger l’ONU notamment son Haut Commissariat aux Droits de l’Homme. Gentsu vous en dit plus.

Il y a quelques jours, Gentsu vous révélait que diffuser l’image d’un policier pourrait bientôt nous coûter très cher. Depuis que cette proposition de loi a été dévoilée, la polémique ne s’arrête plus tout comme les débats autour de cela. La ligue des droits de l’Homme s’est exprimée à ce sujet et a commencé par déclarer dans un communiqué diffusé ce lundi 16 novembre : « Nous craignons que l’adoption et l’application de cette proposition de loi puissent entraîner des atteintes importantes aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales ».

Ce qui irrite est notamment l’article 24 qui propose de punir d’un an de prison et de 45 000 euros d’amende la diffusion de « l’image du visage ou tout autre élément d’identification » sauf si cette diffusion a pour but “qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique”.

L’ONU partage ses craintes sur la nouvelle proposition de loi française

L’ONU a profité de sa prise de parole pour rappeler que « la publication d’images et d’enregistrements relatifs à des interventions de police sont non seulement essentiels pour le respect du droit à l’information, mais elles sont en outre légitimes dans le cadre du contrôle démocratique ». Mais aussi que l’absence de ces images « pourrait notamment empêcher que soient documentés d’éventuels abus d’usage excessif de la force par les forces de l’ordre« .  Dans un avis publié le 5 novembre, Claire Hédon alias la Défenseure des droits s’était livrée quant à ses inquiétudes concernant les « risques considérables » sur la liberté d’informer que laisse présager cette proposition de loi.

« Il n’est en aucun cas question d’empêcher les journalistes de travailler, ou de porter atteinte au droit d’information des citoyens », a récemment précisé la députée LREM Alice Thourot à nos confrères de BFMTV.

Reste maintenant à savoir ce qu’il va en ressortir et si la proposition de loi va finalement être validée ou non. Qu’en pensez-vous ? Sinon, sachez que Cyril Hanouna et l’équipe de TPMP ont décidé de loger durant un an un SDF dans un hôtel